La gestion de la douleur sans péridurale !

 

Un accouchement sans péridurale nécessite indéniablement plus de préparation. Pour accoucher sans péridurale, la future maman doit apprendre à gérer la douleur et à en comprendre la provenance pour maîtriser au maximum les diverses étapes de l’accouchement à venir.

La compréhension physiologique de l’événement l’aidera ainsi à agir en temps et en heure ou, au contraire, à laisser faire le processus naturel en toute sérénité.

Accoucher sans péridurale : quelle préparation ? 


Si la maman détient le premier rôle, sa sage femme sera d’une aide précieuse du début de la préparation jusqu’au jour J.


Si vous avez choisi d’accoucher sans péridurale, tout va commencer avec la rencontre de votre sage-femme, qui va jouer un rôle clé. Elle va évidemment vous expliquer le processus physiologique de l’accouchement, mais aussi écouter vos désirs et vos craintes pour devenir votre meilleure alliée. D’où l’importance d’avoir un bon feeling avec votre sage femme, qui va rentrer dans votre intimité et partager le jour le plus important de votre vie !

Elle sera également la garante de votre « projet de naissance ». C’est elle qui fera la jonction entre l’équipe médicale et vos désirs pour ce jour particulier.

S’il faut parfois essayer plusieurs psy pour trouver le bon ! Il en va de même pour une sage femme.

 

Après avoir échangé avec vous, votre sage femme pourra vous proposer des méthodes de préparations à l’accouchement. Il en existe une multitude. Et si une bonne préparation constitue un plus indéniable lors d’un accouchement, pour accoucher sans péridurale, elle est essentielle ! Quelque soit la méthode choisie, elle devra vous aider à gérer la douleur le jour J, mais aussi à savoir lâcher prise, en fonction des diverses étapes qui s’inscrivent dans le processus de l’accouchement naturel.

 

Votre sage femme vous orientera selon vos envies et votre personnalité.

Mais il n’y a pas de méthode idéale! Chaque femme est unique. De ce fait, chacune aura une méthode qui lui parlera davantage et avec laquelle elle sera en phase ! Le tout reste de trouver la bonne !

Un entrainement sur mesure !

 

Si aucune méthode n’est meilleure qu’une autre, mieux vaut trouver la sienne rapidement. On déconseille généralement de passer de l’une à l’autre tout au long de la grossesse, pour éviter de s’éparpiller. L’important c’est de trouver sa méthode et de s’y tenir, parce que le but c’est de parvenir à se centrer au fil des mois ! Mais rien ne vous empêche de cumuler 2 ou 3 méthodes spécifiques pour vous préparer. Ne serait-ce que pour vous sentir prête et sereine le moment venu ! Mais aussi parce que chaque méthode a des vertus qui lui sont propres !

 

Accoucher sans péridurale, ça n’est pas rien ! Et comme les sportifs de hauts niveaux, autant opter pour un entrainement global.
Pour vous préparer à accoucher sans péridurale, vous pouvez ainsi faire des séances de sophrologie pour maitriser le stress, tout en suivant des cours de yoga prénatal pour apprivoiser votre nouveau corps et gagner en souplesse.
Parallèlement, pourquoi ne pas tenter l’approche « Bonapace » ? Qui, en plus de solliciter activement la participation du futur papa, lui apprend à stimuler les hormones, qui atténuent naturellement les douleurs des contractions de la future maman le jour de l’accouchement !

Y a t’il des alternatives naturelles à la péridurale ?

 

Évitons les faux espoirs ! Aucune alternative naturelle à la péridurale n’a encore été trouvée ! Mais après avoir accouché sans péridurale, certaines femmes estiment avoir été aidées par leur préparation. Il existe en effet des méthodes de préparation à l’accouchement qui aident à gérer, et même à réduire les douleurs des contractions. Mais aucune d’entre elles ne rend l’accouchement indolore !

Le jour J, il y a aussi quelques subterfuges pour soulager les futures mamans. Comme le bain d’eau chaude qui favorise la dilatation du col et réduit les douleurs – ou les sangles, qui sont utilisées en milieu hospitalier pour atténuer les maux de dos. Et évidemment, les exercices de respiration.

Le Joker !

 

Malheureusement, on ne peut ni prévoir la douleur ressentie par la future maman, ni anticiper son seuil de tolérance. Ces variables sont propres à chaque femme et le déroulement de chaque accouchement est différent, notamment en cas de complications. Il est donc tout à fait légitime de se poser la question du joker !


Et si la douleur s’avérait insoutenable ?


La décision d’accoucher sans péridurale n’est pas irrévocable. C’est d’ailleurs pour ça que la consultation avec l’anesthésiste est obligatoire. Cela permet à l’équipe médicale de pratiquer une anesthésie en cas d’urgence mais aussi de pratiquer une péridurale, au cas où la future maman changerait d’avis le jour J.

Ceci dit, il est préférable de ne pas attendre le dernier moment ! La péridurale doit être effectuée suffisamment tôt pour être efficace.  Si la dilatation du col est trop avancée au moment de la pose, les bénéfices de la péridurale peuvent être amoindris, voir insignifiants.

 

 

 

Product successfully added to your shopping cart
Quantity:
Total:
There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.
Total products:
Total shipping:  To be determined
Total:
Continuer vos achats Payer votre commande