Perte de confiance !

 Avant notre  retour à la maison avec bébé, rien ne nous prépare à nous retrouver seule avec un nouveau né, entièrement dépendant, pas même le séjour à la maternité. Et on peine souvent à s’imaginer ce que ça implique avant d’y être confrontée ! Et c’est là que la peur de ne pas être à la hauteur rentre en jeu !


 

Peur de ne pas être à la hauteur : Pourquoi ?

À la sortie de la maternité  on est rapidement assaillies par les doutes et la peur de ne pas être à la hauteur! Pour celles qui ont la chance d’être entourées par de jeunes mamans dévouées, qui ne sont pas encore frappées d’amnésie, tout est plus simple ! Mais pour les autres ! …

 

Pour peu que papa soit retourné bosser ou qu’on soit mère célibataire, c’est l’hécatombe ! On se retrouve terrassée par le poids de nos nouvelles responsabilités ! Et quelles responsabilités ! La survie du petit être le plus fragile qui soit, dont on ne sait rien, à part qu’il est complétement dépendant de nous ! On a peur de mal faire, peur de passer à côté de quelque chose d’important, on a même peur de faire du mal à notre bébé ! Et comme on est livrée à nous même on se met deux fois plus la pression parce qu’il faut être vigilante pour deux…

 

Des appréhensions naturelles !

Devenir parent c’est se faire et se défaire de ses habitudes pour ajuster son mode de vie, à celui de bébé et de ses besoins, le tout en un temps record ! Mais il faut relativiser ! Si vous êtes détendues et faites part de vos craintes aux bonnes personnes, tout se fera naturellement et sereinement ! Votre pire ennemie c’est vous ! Même si souvent l’entourage en remet une couche et empire considérablement les choses malgré lui !

 

Entre la copine maman, qui ricane bêtement dès qu’on lui fait part d’une inquiétude, en s’étendant sur ses exploits de super woman ! Et le papa au bord de l’arrêt cardiaque dès que bébé toussote ou refuse un biberon, on n’est pas plus avancées !

 

Encore plus angoissées, on a tendance à douter et à rentrer dans un cercle vicieux infernal où la peur de ne pas être à la hauteur occupe la première place!

 

Le cercle vicieux : ça se passe comme ça !

La petite voix pernicieuse s’engouffre dans la faille et nous siffle nos pires angoisses, en accentuant notre peur de ne pas être à la hauteur… :

 

Bon génie : « Bon ça va il dort ! »

Mauvais genie : « Et si il s’arrêtait de respirer !… La mort subite du nourrisson ça existe ! » …

 

Et voilà qu’au lieu d’en profiter pour se reposer, on se retrouve à contrôler la respiration de bébé, toutes les 5 minutes…

 

« Est ce qu’il a froid ? » « est ce que je l’ai trop couvert ? » « le bain… »  La première semaine tout est source d’angoisse ! Et chaque maman a une hantise déterminée sur laquelle elle focalise ! Pour certaines c’est la fausse route, pour d’autres c’est la mort subite du nourrisson, la noyade ou la chute…

 

 

« Dès nos premiers jours à la maison et tout au long du premier mois de bébé, j’étais terrorisée par la mort subite du nourrisson ! Au lieu de profiter des phases de sommeil de ma fille pour récupérer, je contrôlais sa respiration. J’avais beau me dire que c’était ridicule et que je ferais mieux d’employer ce temps à dormir ! C’était plus fort que moi ! Je renouvelais l’opération à chaque fois qu’elle s’endormait. »

 

 

Mum’s tips

 

  1. Parler de ses doutes : On a toutes les raisons du monde d’avoir peur ! Mais si la peur de ne pas être à la hauteur génère des angoisses, qui tendent à la psychose, il faut en parler pour pouvoir lâcher prise!
  2. S’adresser aux bonnes personnes : L’important c’est de choisir ses interlocuteurs ! Au lieu d’appeler sa copine « exemplaire » on appelle son pédiatre ou la sage femme qui nous a suivie ! On évite les avis multiples de X ou Y. Ils sont si contradictoires qu’ils rendraient fou n’importe qui !
  3. On laisse le temps au temps : Tout est une question d’adaptation. Vous allez progressivement apprendre à connaître votre bébé. Dans quelques temps vous pourrez même savoir si il a fait dans sa couche ou si il a faim, en fonction de ses pleurs. En attendant, faites vous confiance. Vous trouverez rapidement votre rythme de croisière avec bébé.
  4. On se renseigne : Pour palier les peurs il suffit souvent de savoir les contrôler. Ainsi si vous connaissez les gestes appropriés en cas de fausse route, par exemple, vous aurez moins peur que ça se produise ! la Croix Rouge dispense des initiations sur les geste de secours des nouveaux nés. Cette formation d’une demie journée est accessible à tous et permet d’apprendre les gestes qui peuvent sauver bébé ! lien site croix rouge

 

 

 

Product successfully added to your shopping cart
Quantity:
Total:
There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.
Total products:
Total shipping:  To be determined
Total:
Continuer vos achats Payer votre commande