Répartition des rôles archaïque !

 

Avoir un enfant c’est aussi réaliser que rien n’a changé ! Ou presque ! Être une femme c’est toujours donner plus, et d’autant plus quand on est mère ! Mais c’est à la fin du congé maternité qu’on prend toute la mesure de cette réalité. C’est quand Bébé a deux mois et que nos diverses responsabilités se rappellent à nous qu’on note le changement. La parentalité a une influence non négligeable sur la parité homme/ femme.


 

Parentalité : ça change la donne !

 

Tout porte à croire que la parentalité change la donne ! Si avant l’arrivée de bébé notre couple évolue sur un modèle paritaire, après, ça se corse ! Dans son livre « Femme et Mère », Elisabeth Badinter mettait déjà en exergue le fait qu’avoir un enfant augmentait considérablement les disparités au sein du couple. Avant d’être mère, on ne peut pas vraiment juger de la véracité de cette analyse. Mais l’expérience de la maternité permet de l’apprécier.

 

La naissance de bébé engendre une répartition des taches spontanée et inconsciente dans la plupart des cas. Tout ce qui attrait à l’enfant et ses besoins primaires relèvent automatiquement de la mère. Instinctivement, les papas, et l’ensemble des leurs proches, considèrent qu’il doit augmenter ses revenus et pérenniser sa situation financière pour assurer les dépenses supplémentaires occasionnées par l’arrivée de bébé ! En d’autres termes, il doit chasser pour nourrir sa famille ! Tandis que maman prend soin de bébé !

 

Une régression inconsciente

 

Même si les papas sont plus impliqués ces dernières années, la charge des tâches ménagère des femmes augmentent de manière significative après la naissance d’un enfant. Et si ces Messieurs ne rechignent plus pour changer les couches, peu d’entre eux modifient leurs plannings professionnels, de sorte de récupérer leur enfant à l’école ou les emmener chez le pédiatre!

 

La gestion des enfants incombent en effet quasi systématiquement à la mère. Même si l’évolution a modifié le schéma, la répartition des responsabilités n’a pas déplacé les grandes lignes. Si les femmes qui mènent une carrière  délèguent pour assurer leur évolution professionnelle, elles ne sont pas moins responsables de la gestion courante des enfants. Et les papas poussent rarement leurs implication jusqu’à préparer le dîner ou faire les courses! Résultat : les mamans se retrouvent avec deux fois plus d’impératifs que leurs égaux masculins ! Ce qui tend déjà à les handicaper sur le plan professionnel.

 

Travail et maternité

 

Rares sont les emplois qui terminent à 18h, voir 17h. Sans compter que dans certains secteurs, comme dans tous ce qui attrait aux services, on ne peut pas se permettre de compter les heures. Du coup les mamans n’ont souvent pas d’autres choix que d’embaucher une nounou qui s’occupe de leur enfant le soir et le mercredi. Et si les mieux loties peuvent faire ce sacrifice, les autres s’arrêtent après avoir réalisé que 80% de leur salaire servait à payer la nounou. Mais les inégalités face à la parentalité ne s’arrêtent pas là ! Même celles qui parviennent à s’organiser en conséquence semblent subir des préjudices professionnels. Une enquête menée par Lejournaldesfemmes.com, en partenariat avec Envie de Fraises, a révélé que 53% des femmes CSP+ interrogées considéraient que leur maternité constituait un frein pour leur carrière.

 

Réforme congé parental: Top ou Flop ?

 

Pour pallier ces disparités, les gouvernements ont mis en place des réformes qui visent la parité au sein des ménages. Mais il semblerait que les reformes incitatives ne suffisent pas et que changer les mentalités soit un travail de longue haleine !

La réforme du congé parental de l’ancienne Ministre a pour objectif d’encourager les hommes à prendre des congés parentale ! En effet quand on y réfléchis si homme et femmes ont recours à ces congés, si tant est que ça se généralise, les disparités seraient considérablement amenuies entre les deux sexes ! Et la parentalité ne pèserait plus sur la carrière des femmes… Bref le rêve !  Sauf que l’argent reste le nerf de la guerre ! et que les femmes sont encore et toujours moins bien payées que les hommes ! Et si les salaires étaient égaux est ce qu’une nouvelle dichotomie ne risqueraient pas de naître entre les salariés avec enfants et ceux qui n’en n’ont pas !

 

 

 

Product successfully added to your shopping cart
Quantity:
Total:
There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.
Total products:
Total shipping:  To be determined
Total:
Continuer vos achats Payer votre commande