Survivre au manque de sommeil !

Dormir avec nouveau né ça relève du miracle ! Et le fait d’être averti ne rend pas l’étape moins difficile ! Là c’est du concrêt ! Pendant le premier mois de bébé, on enchaine les nuits blanches, sans relâche …


 

Les nuits blanches : Comment tenir le choc ?!!!

 

Alors qu’on a généralement besoin de 8 heures de sommeil. Avec un nouveau né ce chiffre est divisé par deux. Nos nuits sont calquées sur le rythme de sommeil de bébé et ça n’est pas simple de tenir le choc ! On a tous déjà fait une nuit blanche et on en garde souvent de bons souvenirs, malgré tout !. Mais des nuits blanches à répétition ça n’a rien à voir ! À quelque chose près, qu’après plusieurs nuits sans sommeil, on a des sensations de gueule de bois ! Et imaginez un peu vous réveiller avec les cris stridents d’un bébé en prime !!! Aïe ! Ça pique !

 

Sans compter qu’une fois réveillée, pas question de chiller en pyjamas devant la télé ! Non Il faut être alerte et redoubler d’attention pour prendre soin de bébé.

 

Les conséquences du manque de sommeil

 

Mais voilà même si notre nouveau rôle de maman requiert un engagement de chaque instant, les nuits blanches et le manque de sommeil répété provoque de multiples désagréments. Fatigue musculaire, mauvaise synchronisation des mouvements et maux de têtes sont au programme ! Tandis que moralement, les nuits blanches à répétition favorisent l’irritabilité, les sautes d’humeurs et la dépression.

 

En plus de la fatigue cumulée et de ses effets secondaires, le fait de ne plus avoir de cycle de sommeil et d’éveil définis tend à taper sur le système. Un peu comme au Pôle Nord, où le manque de repères induit par la lumière et l’obscurité soumet l’horloge biologique à rude épreuve.

 

Alors que notre organisme et nos repères subissent un bouleversement sans précédent, on doit être plus attentives que jamais !
Consciente du fait que notre réactivité est considérablement amenuies et qu’on n’est plus en possession de l’ensemble de nos capacités, alors qu’on doit s’occuper d’un nourrisson… On panique et on stresse, tout en épuisants nos dernières réserves d’énergies pour assurer

 

Comment éviter le burn out maternel ?

 

À force de tirer sur la corde elle craque ! Et les ressources d’énergies ne sont pas intarissables ! Il faut opérer des changements pour éviter le burn out maternel. Il faut transformer le cercle vicieux en cercle vertueux !

 

 

Mum’s tips

  1. Se relayer pour les biberons Bébé prend en moyenne un biberon toute les 3h. Se relayer pour les biberons nocturnes permet d’octroyer à chacun des deux parents phases de sommeil plus satisfaisantes. Avoir 6h de sommeil au compteur c’est pas la panacée mais on évite les nuits blanches, en se rapprochant doucement des 8 heures de sommeil réglementaire.
  2. Nounou de nuit ! : « Avoir recours aux service d’une nounou de nuit en sortant de la maternité, est surement la meilleure décision que j’ai prise ! Ma nounou top assurait les biberons nocturnes pendant que je profitais de longues nuits de sommeil ! »
  3. Ne pas se gaver de sucrerie : Manger équilibré même si vous n’avez plus la force de mastiquer ! Beaucoup de jeunes mamans se dopent au sucre pour tenir le choc. Effet à court termes sur le tonus et à long terme sur les hanches = déprime assurée !!! Warning
  4. On boit ! Et je ne parle pas de café ! Même si c’est tentant ! Ce n’est pas le moment de frôler la crise cardiaque ou de se déshydrater! D’autant plus que la caféine augmente considérablement la nervosité.
  5. Quand bébé dort on dort Pas question de faire des machines ou de ranger la maison!  Quand bébé dort on dort pour récupérer!

 

Product successfully added to your shopping cart
Quantity:
Total:
There are 0 items in your cart. There is 1 item in your cart.
Total products:
Total shipping:  To be determined
Total:
Continuer vos achats Payer votre commande